Mammotrectus, Imprimer et Livres


Photo: Schlossmuseum Beromünster

À l’automne 1470, le chanoine Helias Helye (1400-1475) a imprimé le livre « Mammotrectus super Bibliam » du franciscain italien Johannes Marchesinus dans son imprimerie de Beromünster. Le livre compte six cents pages et constitue un guide pour comprendre le texte de la Bible. Le livre contient également une date, ce qui en fait le premier livre imprimé daté en Suisse. À l’occasion de cet anniversaire, les trois institutions culturelles de Beromünster, Le musée du château (le Schlossmuseum), la Haus zum Dolder et l’abbaye de Beromünster, organisent diverses manifestations liées à l’impression, aux livres, au papier et à l’écriture. Le musée, en tant qu’ancien emplacement de l’imprimerie, se concentre sur la production, ses conditions et ses effets, ainsi que sur l’imprimerie reconstruite.

Photographie et céramique contemporaines


L’exposition (Ruines et pixels. Photographie et céramique contemporaines) présente les œuvres de douze artistes suisses dans les domaines de la céramique et de la photographie. L’objectif de l’exposition est de montrer les similitudes et les différences entre la matérialité de la céramique et l’immatérialité de la photographie. La différence entre l’argile et les pixels. La céramique existe depuis des milliers d’années , la photographie est relativement récente (XIXe siècle). Quels sont les motifs, la motivation et l’inspiration des artistes ? Dans cette perspective intéressante et originale, le Centre culturel juxtapose ces deux formes d’art.

 

Les cornes lunaires


La corne lunaire de Reinach. Photo et collection: Museum. BL, Liestal

Depuis plus de 160 ans, les archéologues étudient ces objets mystérieux dans l’actuelle Suisse et dans d’autres pays alpins, de la fin de l’âge du bronze entre 1000 et 800 avant J.-C. L’exposition Monddhörner. Rätselhafte Kultobjekte der Bronzezeit’ ne répond pas à cette question en raison du manque de sources écrites et orales. Peut-être ne s’agissait-il que d’objets culturels ou la religion et la spiritualité y jouaient un rôle. Cependant, pour la première fois, cette exposition présente une belle sélection de pièces originales provenant de Suisse et introduit la diversité des cornes lunaires. Ils doivent leur nom à la forme de la lune et aux deux sommets des cornes.