Les origines de la Suisse


Altdorf, Guillaume Tell. Photo: TES.

L’exposition explique les conditions qui ont vu naître l’ancienne Confédération au Moyen Âge, les rapports entre le roi, l’Église, la noblesse et les paysans, la diffusion de la culture écrite et le commerce et la mobilité, l’union entre les habitants des vallées autour du lac des Quatre-Cantons, sur leurs alliances avec plusieurs villes et sur la création de la Landsgemeinde. Dans l’exposition les Alpes jouent un rôle essentiel. Un impressionnant massif montagneux embrasse tous les étages du musée. Le « Schwarze Stube s’agit d’une ancienne grande maison en bois datant de 1311 typique pour la vallée de Schwytz. roi, l’Église, la noblesse et les paysans ? La partie conclusive de l’exposition est consacrée à Guillaume Tell, à Arnold von Winkelried et au serment du Grütli. Les images et les livres expliquent quand et comment sont nées les légendes liées à la fondation de la Confédération.

 

Une femtoseconde


Photo: Musée International d'horlogerie, La Chaux-de-Fonds

La quête de la précision a été un moteur des innovations horlogères dès le XVIIe siècle. Le pendule, le balancier-spiral puis le quartz permettent de décupler la précision des horloges. À partir de la Seconde Guerre mondiale, la mesure précise du temps passe des mains des horlogers et des astronomes à celles des physiciens. Dès 1967, la seconde n’est plus définie par les observations astronomiques comme le passage du Soleil au zénith, mais par la mesure d’un phénomène microscopique : l’oscillation d’atomes de césium. Une femtoseconde – 0,000 000 000 000 001 seconde – correspond à l’imprécision du tic-tac d’une horloge atomique actuelle ! Ce degré de précision, imperceptible au commun des mortels, est indispensable à l’organisation de la société humaine : géolocalisation, navigation, transports, télécommunications sont rendus performants grâce à la précision extrême des horloges qui les gouvernent.

L’identité de la Suisse


Quels sont les facteurs de cohésion d’une communauté ? Parler la même langue, avoir les mêmes ennemis extérieurs ou les mêmes intérêts économiques – telles sont peut-être les premières réponses qui viennent à l’esprit. Mais le point de départ de tout cela est représenté par les idées communes qui sont transmises de génération en génération et imprègnent la communauté. Ces idées deviennent la carte d’identité d’une collectivité et constituent, finalement, le fondement de la conscience nationale.L’exposition s’interroge sur les raisons qui ont fait la Suisse ce qu’elle est aujourd’hui. Des textes de quatre auteurs présentent les idées qui ont forgé l’identité helvétique : Henri Dunant (1828-1910), Jean-Jacques Rousseau (1712-1778), Jean Calvin et Petermann Etterlin (1430-1509). L’exposition est complétée par le relief du Saint-Gothard, la carte Dufour et de nombreuses données sur la Suisse.