L´histoire locale

Travers, Mines d'asphalte. Photo/Foto: TES.

Le jambon cuit dans l’asphalte

Dans le Val-de-Travers, le Café des Mines, à Travers (canton de Neuchâtel), propose une spécialité exclusive : le jambon cuit dans l’asphalte.

Historiquement, ce plat était préparé tous les 4 décembre aux Mines d’asphalte du Val-de-Travers, jour de la Sainte-Barbe, protectrice des géologues, des pompiers et des mineurs, qui partagèrent le repas.

Les mines d’asphalte du vallon furent exploitées dès le début du XVIIIe siècle. Déjà en 1711, le médecin grec Eirini d’Eyrinys (1630-1730), prospecteur de sous-sols, découvrit les premiers gisements d’asphalte dans le Val-de-Travers.

Il n’obtiendra sa concession qu’en 1717. Intéressé d’abord par les effets thérapeutiques de ce matériau, il relata les bases de ses usages modernes dans un écrit « Dissertation sur l’asphalte ou ciment naturel ».

La première mine fut exploitée à ciel ouvert jusqu’en 1812 uniquement dans le Combe-Vaubayon. Vers 1830 – la date exacte n’est pas définie – on aurait commencé à exploiter le gisement de la Presta, à Travers.

La mine devint en 1873, la propriété d’une compagnie anglaise, la Neuchâtel Asphalte Company Ltd. En 1960, la mine fut reprise par une autre société anglaise.

Les mines d’asphalte de la Presta, autrefois fleuron de l’industrie neuchâteloise, furent exploitées de manière artisanale, puis industrielle de 1712 à 1986.

Elles sont aujourd’hui ouvertes au public et constituent l’une des principales attractions touristiques de la région du Val-de-Travers.

Sous la conduite d’un guide, on pénètre dans un monde fascinant où l’on arpente un véritable labyrinthe de galeries : mineurs, chevaux, wagonnets et machines s’y côtoyèrent lors d’une épopée humaine et industrielle hors du commun.

(Source et plus d’informations: www.mines-asphalte.ch).

Rédaction et révision: Marianne Wyss, écrivain public et traductrice.