Monuments

Montcherand, site clunisien. Photo/Foto: TES.

L’héritage clunisien

En l’an 1000, l’abbaye de Cluny gère des centaines de monastères en Europe, dont certains en Suisse. Fondée en 910 et détruite pendant la Révolution française, l’abbaye fut un important pouvoir religieux, artistique, économique et politique jusqu’au XIIIe siècle. Le réseau européen a transcendé les frontières politiques et linguistiques et est devenu un modèle pour la société religieuse. Cluny a laissé un héritage immense et diversifié, réparti sur des centaines de lieux. Ces lieux (culturels) sont situés en Suisse romande. Cela a tout à voir avec le Royaume de Bourgogne (888-1032). Ce royaume francophone couvrait également la Suisse romande d’aujourd’hui et était étroitement lié à Cluny. Deux monastères, Romainmôtier et Payerne, ont été donnés à Cluny par deux femmes royales. La princesse Adelheid (870-929), sœur du roi Rodolphe Ier de Bourgogne (859-912), décide de donner le monastère de Romainmôtier aux moines de Cluny. L’impératrice Adelheid (931-999), fille du roi Rodolphe II (880-937), mariée au roi allemand Otto II, fut impératrice à Rome en 962, quand Otto fut couronné empereur. Elle a fait don du monastère de Payerne à Cluny. D’autres sites sont à Bassins, Bursins, Mollens, Montcherand, Baulmes, Bevaix, Corcelles, Douanne-Ile Saint-Pierre, Villars-les-Moines, Rüeggisberg et Rougemont. La découverte et la compréhension de cette culture et de cette histoire sont également importantes pour la perception de la Suisse d’aujourd’hui. (Source et informations complémentaires : La Fédération Européenne des Sites Clunisiens (FESC), www.sitesclunisiens.org).