Commémorations

Neue Zur, den 12. Januar 1780. Photo/Foto: Wikipedia.

Le meilleur journal d’Europe 240 ans

Le 12 janvier 1780, la première édition de la Zürcher Zeitung a été publiée. Depuis lors, elle est parue sans interruption. C’est donc l’un des plus anciens journaux d’Europe. Et le meilleur. Au moment de sa publication, il était l’un des nombreux périodiques. L’imprimerie, les pamphlets, les livres et les journaux ont prospéré en Europe au moment du soulèvement des colons américains contre la Grande-Bretagne, de la révolution industrielle, des salons et des sociétés, du Siècle des Lumières, Bildungsbürger)et à la veille de la Révolution française. La presse à imprimer devint le pendant des sources d’information établies, telles que l’Église (réformée ou catholique), les monarques et les régents aristocratiques (de la ville). La censure était à l’ordre du jour à cette époque, également à Zurich. La maison d’édition Orell, Gessner, Füssli & Co en a également fait l’expérience. Le journal paraît bientôt deux fois par semaine dans une édition de 1 000 exemplaires. Il traite non seulement des sujets habituels (monarques, guerre et paix), mais aussi des révoltes, des livres interdits, de l’esclavage et de la vie des autres peuples. Dans la Zurich protestante, l’Eglise catholique était également un sujet de critique populaire; cependant, la critique de l’Eglise protestante n’était pas tolérée. Plusieurs rédacteurs ont été licenciés sur l’insistance du conseil municipal. Après 1815, le journal traversa des périodes difficiles, mais il continua à paraître, bien que son tirage ait chuté à 400 exemplaires. En 1821, un nouveau départ a été pris sous le nom actuel de Neue Zürcher Zeitung. Un média libéral, indépendant, qui informe, a une vision et un concept, et le propage également, mais qui s’appuie sur des faits, des recherches et surtout qui respecte les autres opinions et les personnes.

Le journal actuel ne se considère pas comme un Dieu sur l’Olympe journalistique qui méprise les gens ordinaires. Cette mentalité et ce paternalisme ne fonctionnent plus à l’époque actuelle. Les lecteurs ne sont plus seulement les destinataires des nouvelles, mais ils donnent forme à la presse. La confiance dans le journalisme de ce qui était autrefois des journaux de qualité a été mise à mal ces dernières années, aux Pays-Bas, en Allemagne, en France, en Amérique et au Royaume-Uni. Ces médias sont également devenus des éléments de fausses nouvelles, d’endoctrinement, de manipulation et d’idéologie. À cet égard, la situation n’est pas si différente de celle de 1780, lorsque la presse à imprimer a attaqué le monopole de l’information des anciens dirigeants. Il semble souvent que ces médias se comportent aujourd’hui comme ces dirigeants qui ne peuvent et ne veulent pas faire face aux critiques et aux changements de la société. Ce sont les nouveaux régents. La Neue Zürcher Zeitung a mérité non seulement des félicitations pour son 240e anniversaire, mais aussi un compliment pour son intégrité, sa stabilité et sa cohérence. D’ici à la fin 2021, le journal sera disponible en format numérique dès sa première édition en 1780.