Affairs européennes

Brienzersee. Photo/Foto: TES.

Gratulations et Chapeau pour la Suisse

Le lac de Brienz (Brienzersee) se prépare pour la fête nationale suisse du 1er août 2019, par analogie avec « L’origine de la Confédération », une grande fresque de Charles Giron (1859-1914), réalisée en 1901, dans la grande Salle du Parlement suisse. Giron avait à l’esprit le Rütli, la prairie du lac d’Urner (Urnersee), du lac des Quatre-Cantons (Vierwaldstättersee), où, selon la tradition, les trois premiers Eidgenossen de Schwyz, Uri et Unterwalden ont confirmé leur coopération dans différents domaines avec un accord. Qu’il s’agisse d’un fait ou d’une légende n’est pas pertinent, tout comme Romulus/Remus ou Athéna en tant que fondateurs de Rome et Athènes.

Au cours de cette période, des traités similaires ont souvent été conclus entre les villes et les communes. Ce qui rend la Suisse unique, c’est que ce premier pacte et les autres suivants ont survécus et se sont développés à 13 cantons en 1501 et 22 cantons en 1815. La Suisse est une nation créée au cours d’un processus compliqué de plusieurs siècles, avec quatre langues, quatre cultures et des religions différentes. Mais en 2019, le pays est la meilleure démocratie, le pays le plus innovant et le plus compétitif, avec la meilleure université européenne, la meilleure infrastructure dans des circonstances souvent très difficiles, l’un des pays les plus hospitaliers pour les demandeurs d’asile (25 000 à 30 000 sont officiellement admis chaque année) et une intégration relativement réussie. L’ouverture sur le monde et l’Europe se reflète également dans la science, la culture et les musées, y compris les premiers musées ethnographiques. Le pays est un exportateur mondial avec la meilleure politique monétaire (comme en témoigne la rupture formelle avec la mauvaise gestion (illégale) de la BCE) et avec une vision critique de l’Union européenne actuelle.

Il est à espérer que ses citoyens, et en particulier ses hommes politiques, chériront ce qui s’est construit au fil des siècles. Ce qui est transféré à l’UE ne sera jamais restitué à un pays, même si l’UE ne respecte pas les traités et si les ambitions (mégalomaniaques) ne sont pas réalisées. L’UE n’est pas une démocratie et il n’y a aucune base pour cela, la majorité de ses membres sont en faillite, avec un grand chômage, des dettes  et des organisations publiques énormes, des industries en déclin, des systèmes éducatifs démodés et surtout aucune participation des citoyens au maintien de leurs propres communautés. Des millions de jeunes citoyens (désespérés) émigrent de la zone euro et d’autres pays de l’UE. Environ 200 000 citoyens français travaillent dans la Petite Suisse, contre quelques milliers de citoyens suisses en France. L’UE et la BCE sont principalement des distributeurs automatiques de billets qui maintiennent ces structures.

L’engagement, l’innovation et la démocratie directe caractérisent la Suisse, ses citoyens et ses entreprises. De Riom ou Scuol dans les Grisons à Môtier ou La Chaux-de-Fonds à Neuchâtel, les citoyens et les entreprises utilisent les initiatives et projets locaux pour construire leur environnement immédiat, leur emploi et leur industrie. Dans quel autre pay suivent des milliers de citoyens curieux des cours de langue d’été (c’est-à-dire des cours non réguliers) en italien, français, allemand ou romanche afin de mieux comprendre une des langues de leur propre pays ?

La Suisse est la véritable Union européenne, mais elle indique aussi les limites de ce qui est faisable. Cette UE est largement basée sur la mégalomanie, le manque d’autoréflexion, le dogmatisme et surtout l’intolérance et la bureaucratie et est, en fait, un projet qui est devenu incontrôlable. Les hommes politiques, les journalistes et les fonctionnaires ont depuis longtemps perdu le contrôle de ce projet, mais ils ne peuvent et ne veulent pas y retourner, car ils y ont mis leur emploi, leur prestige et leur capital politique pendant des décennies. Le journal allemand Die Welt a publié récemment (27 juillet 2019) un article sur le Parlement européen. À l’arrière-plan, on peut lire « Kommt, wir bauen das neue Europa », traduit librement « Rejoignez-nous, nous construisons la nouvelle Europe ». C’est le langage d’une secte et non loin de l’idéologie du communisme : créer une nouvelle Europe, le nouvel homme. Cependant, le visage de l’UE réelle est révélé dans toute sa nudité par les récentes intimidations et menaces de la Suisse. Il faut espérer que d’ici dix ans, il n’y aura plus de nuages noirs de deuil sur le lac Brienzer. Suisse, occupe-toi de ton affaire, ta démocratie, ton système monétaire et économique et ta société unique.